La maison intelligente : qu’est ce que c’est ?

15 septembre 2015 / blog
La maison intelligente

La maison intelligente est un concept innovant qui répond aux besoins d’automatisation et de connectivité. Elle est conçue afin d’optimiser l’efficacité énergétique ainsi que la sécurité. Par ailleurs, cette habitation moderne évolue avec la famille car les plans sont flexibles. A l’instar de la W.I.N.D House, la maison intelligente est un condensé de technologies : domotique, chauffage. De plus, le côté esthétique n’a pas été lésiné.

Les travaux à prévoir

La maison intelligente est dotée des dernières innovations en termes de domotique. Ainsi, vous pouvez programmer à distance la température du chauffage, pour un confort optimal. Il en est de même de l’ouverture ou de la fermeture des portes, des fenêtres ainsi que des caméras de surveillance. Même si vous êtes loin de chez vous, il est possible de gérer l’interphone et le vidéophone. La domotique agit également sur la lumière. Vous pouvez donc allumer, éteindre ou réduire l’intensité des lampes via une télécommande. Des variateurs additionnés de systèmes intelligents ont pour fonction de doser le niveau d’éclairage selon la lumière naturelle qui baigne l’intérieur de la maison. Très pratique, la domotique permet de commander l’arrosage du jardin.

Le coût des installations

La mise en place de la domotique requiert des systèmes filaires. Néanmoins, si l’habitation est plutôt complexe, mieux vaut opter pour des solutions sans fil. Ainsi, le coût de l’équipement est variable entre 14 000 à 23 000 Euros. Pour avoir un devis exact, vous pouvez effectuer des simulations en ligne. Vous n’avez qu’à renseigner vos besoins et vos attentes. Dans tous les cas, vous profiterez d’une maison chaude en hiver et d’un maximum de fraîcheur en été. Mieux encore, le bouton « pause » peut être actionné lorsque les habitants sont au travail ou à l’école. En revanche, la fonction « active » est opérationnelle à l’arrivée de la famille.


Les différents types de clôture  

22 mai 2014 / blog
cloture

Les besoins en matière de clôture varient en fonction des objectifs à atteindre, du terrain qu’on veut délimiter ou encore du style de jardin qu’on souhaite avoir. Il s’agit d’un équipement qui peut jouer différents rôles dans la décoration mais aussi dans la protection contre les effractions et les regards indiscrets.

Conseils pour choisir sa clôture

De nos jours, il existe une grande variété de clôtures, allant de la plus simple à la plus sophistiquée. Parmi les modèles les plus classiques, on peut citer la simple torsion qui est notamment destinée pour délimiter les parcelles en milieu rural. Son installation est non seulement économique mais aussi efficace pour empêcher aux petits animaux de se faufiler dans la parcelle. Certes, il faut savoir qu’il s’agit d’une sorte de grillage qui se déforme assez facilement.

Si vous recherchez un modèle alliant esthétisme et facilité d’installation, vous pouvez vous procurer un panneau tressé. Principalement utilisé pour délimiter un terrain, il peut aussi servir de brise-vue. On apprécie son côté esthétique, surtout lorsqu’il est fait en noisetier. Cependant, il n’est pas adapté à un climat venteux parce qu’il est très léger.

Sinon, pour sécuriser et valoriser votre propriété de façon durable, vous pouvez opter pour des panneaux rigides qui s’adaptent généralement à tous les types de terrain. Que le terrain soit en angle, en dénivelé ou courbe, ces panneaux n’exigent en effet aucun accessoire spécifique. C’est une solution esthétique et durable qui offre souvent un excellent rapport qualité-prix.

Si vous êtes plutôt à la recherche d’un modèle de haute gamme, vous pouvez par ailleurs choisir le barreaudage. La plupart du temps utilisé pour personnaliser les abords d’une maison contemporaine et stylée, il est préférable d’engager un paysagiste pour réussir son installation. En plus d’offrir une grande longévité, il ne nécessite aucun entretien. C’est sans doute la raison pour laquelle, il est commercialisé à un prix élevé sur le marché.

Quelle clôture choisir pour son jardin ?

Pour délimiter votre jardin, vous pouvez prendre un grillage souple en rouleau, un claustra, etc. Ce dernier peut servir d’aménagement décoratif de jardin mais vous pouvez également vous en servir pour délimiter une parcelle ou pour la protéger du vent, de l’ombre et de la vue. Il faut toutefois souligner qu’il est assez léger, donc pas très épais ni très solide.

En ce qui concerne le grillage souple en rouleau, il permettra de délimiter votre jardin en un rien de temps. Plus moderne que la simple torsion, il est disponible en plusieurs dimensions de maillage. Il faut savoir que la dimension se choisit suivant le degré de protection souhaité.

Il est à noter que la qualité des différents types de clôture dépend aussi de leur matériau de fabrication. Ils peuvent en effet être conçus en bois massif, en PVC, en composite, en béton imitant ou encore en profilés alu ajourés.


Quelles réglementations pour clôturer sa propriété ?

28 avril 2014 / blog
réglementation

Sachez que d’après l’article 647 du Code civil, tout propriétaire peut clôturer son terrain afin de séparer les différentes propriétés et éviter les intrusions de tiers. Cependant, tout et n’importe quoi ne peut-être mis en place. La clôture privative ou mitoyenne doit répondre à plusieurs critères afin d’éviter tout problème vis-à-vis de la loi et de votre voisinage.

La clôture dite privative

Avec la rénovation ou l’installation d’un portail, des travaux pour clore sa propriété peuvent être envisagés. Le propriétaire du terrain a la possibilité d’ériger un mur, une haie, une palissade ou même des barbelés pour fermer son jardin. Dans le cas d’une clôture privative, les restrictions sont moindres. Le bâilleur pourra choisir librement ce qu’il souhaite bâtir, sans prendre en compte les envies de son voisinage (contrairement au clôture mitoyenne). Cependant, il devra toujours se plier aux règles d’urbanisme en vigueur, soit le Plan Local d’Urbanisme (PLU), si la commune en possède un. Si l’habitation se situe au sein d’un lotissement, il faudra se reporter au cahier des charges, et au règlement stipulant les droits et les obligations de chaque propriétaire en matière de travaux.

S’adresser à la mairie de sa commune avant de clôturer sa propriété

Dans certaines zones du territoire français, clôturer son terrain nécessite en amont une déclaration auprès de la mairie. Une obligation si votre logement est situé dans :

  • une zone de préemption urbaine,
  • une commune pourvue d’un plan d’occupation des sols approuvé,
  • une zone où des moyens de protection au titre des espaces naturels sensibles ont été mis en place,
  • une commune présente sur une liste dressée par arrêté préfectoral.

Cette liste n’est pas exhaustive, il est conseillé de toujours s’adresser à sa mairie avant de se lancer dans les travaux envisagés. L’administration se réserve un délai d’un mois pour répondre aux demandes. Si elle ne donne pas de réponse à l’expiration du délai d’instruction, son silence est considéré comme un accord.

Enfin, même si les voisins n’ont pas leur mot à dire sur une clôture privative, votre choix ne doit pas engendrer de nuisance. Prenez garde, par exemple, à ne pas priver votre voisin d’ensoleillement. Comme le dit si bien l’adage « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ».


L’entretien du portail coulissant

28 avril 2014 / blog
Portail coulissant

Il ne suffit pas de s’attarder sur la brillance et la peinture du portail. L’entretien doit être plus global et prendre également en compte la motorisation. Mais avant de procéder à son nettoyage, commencez par le vantail. Tout dépendra du matériau : PVC, bois, acier ou aluminium. Certains matériaux n’ont pas besoin de produits nettoyants particuliers, c’est le cas du PVC et de l’aluminium, pour eux de l’eau savonneuse suffit.

Quels produits pour mon portail ?

  • Si vous possédez un portail en fer, votre première préoccupation sera d’éviter la présence de rouille. Utilisez un antirouille spécial fer, adapté à l’extérieur. Passez deux couches d’antirouille, à réitérer tous les deux ans.
  • Pour un portail en aluminium, aucun stress, l’entretien est presque nul. Une éponge et de l’eau savonneuse sont suffisants pour le nettoyer correctement.
  • Pour un portail en PVC, même consigne que pour l’aluminium.
  • Pour un portail en bois, vous n’avez pas fait le choix d’un entretien minime. Le bois doit être bichonné pour ne pas voir votre fermeture perdre en qualité esthétique. La décoloration peut être freinée en appliquant deux couches de lasure dès que vous constater une perte de couleur. Choisissez toujours une teinte légèrement plus foncée que celle d’origine.

Comment entretenir l’automatisme ?

Pour le mécanisme de votre portail coulissant, une petite révision est idéale. Quotidiennement d’abord, assurez-vous de la propreté de la télécommande, de la plaque de guidage et de réception, et des roues tenant le portail. Contrôlez tous les semestres les options de sécurité (lumière, signalisation etc), ainsi que le fonctionnement général du portail. Enfin, tous les ans, penchez vous sur les éléments de fixation. Assurez-vous qu’il n’y aucune trace de corrosion. Faites attentions aux éléments de guidage et au verrouillage du portail. Voyez si certains éléments de votre motorisation ont besoin d’être nettoyés et dégrippés.

[check_list]

[list_item]Si vous remarquez des dégâts sur votre motorisation, n’attendez pas une minute de plus avant de passer à l’entretien. Pensez également à votre garantie, voyez si vous ne pouvez pas faire appel à un professionnel. [/list_item]

[/check_list]

 


Réparer son portail coulissant automatique

28 avril 2014 / blog

Votre portail coulissant ne fonctionne plus ou mal ? Avant de le remplacer, lisez nos conseils qui pourraient peut être allonger sa durée de vie.

Déterminer la nature du dysfonctionnement

Les causes de panne sont nombreuses sur un portail coulissant. Tout d’abord vous devez déterminer la source du problème. Votre portail ne peut plus s’ouvrir ou se fermer ? Il peut s’agir d’une panne en lien avec l’électricité. Vérifiez donc si votre habitation est bien reliée, vérifiez le disjoncteur, vérifiez si l’éventuelle panne touche aussi vos voisins.

Ceci vérifié, vous devez examiner attentivement les mécanismes, les rails et le moteur. Assurez vous que rien ne vient perturber le mouvement de va et vient du portail coulissant. Pensez à graisser, lubrifier les roues.

Parfois le problème peut venir de la télécommande qui actionne l’ouverture et la fermeture du portail. Changez les piles, voire changez la télécommande.

Problème avec la motorisation du portail

Parfois avec le temps, votre portail connaît quelques dysfonctionnements. Cela peut être du à des problèmes de réglages si il n’y a aucun dégât visible de l’extérieur. Les réglages d’un portail automatisé sont d’une grande précision afin que les mouvements répétés quotidiennement tiennent sur la durée. Un bon entretien est primordial pour une plus grande durée de vie.

Parfois, lors de temps de grand froid le portail peut avoir des difficultés à s’ouvrir complétement. Dans ce cas, essayez d’ouvrir le portail manuellement après avoir débrayé le moteur. Le froid peut provoquer un dérèglement, essayez de calfeutrer la centrale de commande, car les pièces électroniques n’aiment guère le froid. Vous pouvez aussi utiliser de l’huile résistante au froid spécial vérins. En effet, l’hiver le froid ou le gel donne une résistance aux vérins supérieure à l’accoutumée, ce qui coupe l’alimentation. Il faut régler  (via le potentiomètre ajustable) le boitier de commande.

Faire appel à un professionnel

En dernier recours, si vous n’êtes pas en mesure de résoudre votre panne par vous même, il faudra s’adresser à un professionnel. Il est conseillé d’agir vite à partir du moment où la panne est constatée, car un portail en panne se dégarde vite s’il n’est pas rapidement réparé.

Si c’est une entreprise qui a installé votre portail, celui-ci est encore sous garantie; où peut être pouvez vous bénéficier du service après vente.

Dans tous les cas, agissez vite plutôt que de devoir attendre d’être contraint à remplacer entièrement votre portail.


Aménager son jardin à moindre coût

28 avril 2014 / blog

Nous rêvons tous d’un beau jardin, mais aménager et garnir son jardin peut vite devenir cher. En effet, pour acheter des arbres, des arbustes et des fleurs il faut un budget conséquent. Alors nous avons cherché pour vous quelques astuces pour avoir un beau jardin, sans vous ruiner. La suite de l’article →


Quel portillon pour mon portail ?

28 avril 2014 / blog

Lorsque vous choisissez votre portail, qu’il soit battant ou coulissant, la question du portillon peut se poser. Certains préfèrent ne pas l’installer, et ont recourt à l’ouverture de leur portail pour laisser passer les piétons. Pourtant, il est conseillé d’installer un portillon pour éviter de « fatiguer » l’ouverture du portail pour des passages trop fréquents, d’autant plus si votre fermeture de jardin est motorisée.

Le portillon en détail

Composé d’un seul vantail, il permet aux piétons d’accéder au jardin. Il peut s’ouvrir aussi bien par la droite ou la gauche, selon l’envie de l’utilisateur. Il mesure de 1 à 2 mètres, et son installation peut se faire à l’endroit que vous désirez : soit à côté du portail ou face à la porte d’entrée pour plus de commodité. La pose s’effectue de la même manière qu’un portail, l’ouverture doit être entourée par une clôture et deux piliers.

Pour le choix du matériau, il est plus logique et plus esthétique de sélectionner le même que pour votre portail. Vous avez le choix entre le bois, le PVC, l’aluminium et le fer forgé. Les avantages et les inconvénients de chaque matière restent les mêmes.

Bon à savoir : si vous avez un chien, pensez qu’un portillon en fer forgé ne supportera pas longtemps à si votre animal domestique fait ses besoins dessus. Même constat pour le bois qui va pourrir et moisir plus rapidement.

Les prix d’un portillon

Pour un modèle en aluminium, comptez entre 300 euros et 1200 euros. Pour le bois, selon l’essence choisie (le bois exotique étant le plus onéreux), les prix varient entre 100 et 700 euros. Le PVC reste le meilleur rapport qualité prix, avec un tarif moyen de 200 à 600 euros. Enfin, le portillon en fer forgé coûte en bas de gamme 200 euros, pour s’envoler jusqu’à 1000 euros.